Les balbutiements de Dieu

Les balbutiements de Dieu

Dans son livre «Ta Parole comme une Source» Maurice Zundel nous indique que les apparitions de Jésus ressuscité, ont un caractère confidentiel. Notre-Seigneur ne fait pas le grand coup de théâtre qui serait d`aller Se présenter à  ses juges, à  ceux qui l`ont condamné pour les confondre en leur montrant qu`ils ont Échoué et qu`ils ont totalement manqué leur but. Il se présente aux disciples d`Emâms pourrait-on dire, sur la pointe des pieds. Comme il est entré dans le monde! Sans tambour, ni trompette.

La manière de Dieu pour approcher les humains c`est de gagner leurs esprits et de pénétrer à  l’intérieur des cœurs. Il ne bouscule rien. C`est un Dieu poli, patient. Aux disciples envahis par la peur, Il se manifeste progressivement à  eux. Sachant que ce sont eux qui auront À  prendre la relève, Il va leur donner des signes perceptibles de Sa résurrection. Il les rejoint selon leurs besoins et la mission qui sera la leur. Jésus s`adapte à  celui à  qui Il désire se faire reconnaître. Pour ceux qui le rencontrent la reconnaissance ne se fait pas immédiatement. C`est progressivement que leurs yeux s`ouvrirent et que leurs cœurs ont pu Le reconnaître.

Les deux disciples qui avancent sur le chemin d`Emâms sont découragés, effondrés de douleur parce que leur espérance vient de s`Éteindre dans la noirceur du tombeau du Christ. Ils ont besoin de partager la tristesse qui les habite. Un «pèlerin» les rejoint et fait route avec eux. IL se met à  les interroger sur les Événements qui les rendent si tristes. IL Écoute leur misère. IL les aide à  saisir ces Événements en les commentant à  partir des Écritures : celles-ci annonçaient que le Christ ne pouvait entrer dans Sa Gloire sans passer par la souffrance et par la mort. Mais malgré cela, ils sont encore incapables de reconnaître en ce pèlerin qui marche à  leur côté le Christ Ressuscité. Jésus, lui, demeure silencieux sur son identité. D`ailleurs, le pape saint Grégoire, nous dit Zundel, fait un commentaire d`une sublime beauté en disant : «Jésus se présente à  eux au-dehors tel qu`IL Était au-dedans dans leur cœur.» En effet, ajoute Zundel, les disciples parlaient de Lui, ils s`attristaient de sa mort, ils manifestaient leur attachement envers Lui, et cependant ils doutaient du témoignage des femmes qui avaient reçu le message des anges, ils n`osaient croire, ils n`Étaient pas prêts encore à  vivre ce mystère de la résurrection.

Et Zundel poursuit en nous rappelant que c`est justement là  que nous recevons le plus haut enseignement sur la Révélation de Dieu. La Parole de Dieu, en effet, ce n`est pas un téléphone céleste, la Parole de Dieu, ce n`est pas un Absolu qui tombe du Ciel, ce n`est pas une Vérité qui nécessairement est définitive, c`est un dialogue; un dialogue, c`est-à -dire une parole adressée à quelqu`un dans la situation où il se trouve, selon le degré d`intelligence qui est le sien pour le faire progresser dans la connaissance et dans l`amour de Dieu.

La Révélation se proportionne (s`adapte) aux autres auxquels elle s`adresse. Dieu balbutie avec les hommes! C`est qu`il a fallu justement une pédagogie infiniment délicate et profonde, il a fallu une adaptation constante de Dieu à une humanité qui commençait tout juste à  concevoir les choses de l`esprit.

Il nous faut à  nous aussi du temps pour apprendre à  reconnaître Dieu. Comme les disciples d`Emâms nous le voyons rarement du premier regard. Il nous faut être patient avec nous-mêmes car comme pour les disciples d`Emâms nos yeux s`ouvriront progressivement. L`intervention de Dieu dans nos vies ne se fait pas toujours de la manière dont on le croit. Notre sensibilité est heurtée, nous sommes deçus et nous avons de la difficulté à  croire à  sa Présence à nos côtés. Qu` à  cela ne tienne, la pédagogie de Dieu est bien souvent différente de la nôtre. Il entre en relation avec nous comme une maman balbutie avec son tout petit; non pas qu`elle soit elle-même au stade du balbutiement, mais parce que l`enfant l`est et qu`elle ne peut l`atteindre autrement. C`est cette pédagogie maternelle qui resplendit dans l`Écriture Sainte, Dieu s`adapte et balbutie avec l`homme en acceptant de revêtir ce vêtement de pauvreté qui est un des aspects les plus touchants de sa Miséricorde.

Judith Vézina, Rocher Spirituel

Publié dans Avril 2009