Lyne Tremblay

Témoignage de Lyne Tremblay

le 21 janvier 2010

Rachel souhaite une bonne célébration à  tous. Ce matin, dit-elle nous confions Lyne, notre témoin, au Seigneur, qui est notre Rocher, qui est Celui qui nous libère, qui guérit son peuple de toutes maladies.

Présentation

Simone présente notre témoin Mme Lyne Tremblay. Lyne est directrice générale du Centre de l’Écoute, un organisme régional dont la mission est d’apporter un soutien aux familles dysfonctionnelles et aux personnes vivant ou ayant vécu dans l’environnement d’un alcoolique et/ou toxicomane. Munie d’une formation en toxicomanie dispensée par l’Université de Sherbrooke, Lyne intervient en ce domaine depuis 25 ans et depuis 10 ans, elle organise des sessions de fin de semaine intensive impliquant un programme sur la dépendance affective.

Sa proximité avec les pauvres, les démunis, la rapproche de l’amour du Christ la consolide au plan de sa foi. Lyne est une femme engagée qui s’accomplit en étant au service des besoins présents dans sa communauté. Elle y met ses compétences son expérience et sa clairvoyance pour que celles et ceux qu’elle accompagne deviennent à coup sûr des Êtres debout, plus solide spirituellement et des bénédictions pour le reste de la société.

Le témoignage

Lyne débute son témoignage en référent  à deux paroles qui lui tiennent particulièrement à cœur et qui se disent ainsi : «Tu me tissais dans le ventre de ma mère, quand j’Étais encore informe, tu me voyais dans ton livre, tu avais noté toutes les journées que tu prévoyais pour moi, sans qu’aucune d’elles ait Été pourtant commencée.

                                                                                        Ps  139, 13 -16.

«La spiritualité est un achèvement du soi pour m’ouvrir au soi de l’autre l’Égo n’a plus sa place l’Échange de la paix, ce matin, nous dit Lyne, m’est venue la prière suivante : «Seigneur Jésus, je te demande pardon d’Être si humaine.  Donne-moi Seigneur les mots qu’il faut pour toucher le cœur des gens et ce que tu veux que je partage, toi qui me prouve toujours ta présence».

Aujourd’hui,  elle veut témoigner de l’amour pour son père malgré toutes les souffrances, les traumatismes et le stress qu’elle a dû subir pendant son enfance.

Elle se dit confiante puisse qu’elle témoigne devant un groupe hors de tout jugement!

Aînée d’une famille de 4 enfants, Lyne vit dans un milieu très dysfonctionnel en raison du haut degré d’alcoolisme de son père qui de plus est atteint de maladie mentale. Il est un parent très violent auprès de ses enfants et de sa conjointe, il menace même de les tuer. Dans un tel climat familial, Lyne souffre de multiples peurs qui ne font que s’accroître au cours des ans en raison des tous les drames vécus dans ce milieu défavorable. Un simple bruit lui fait grossir ses peurs et pense que sa mère va  Être tué par son père en État d’Ébriété. Elle est craintive et souvent troublée par tout ce qui se passe au sein de cette famille.  À cela s’ajoute la protection pour  sa mère et pour des autres enfants de la famille !quelles responsabilités pour une petite de 8 ans !

Son père bien malgré lui fait faire un « doctorat en psychologie « tant ses blessures d’enfance sont nombreuses et envahissantes, ce qui l’oblige à consulter très tôt pour mieux comprendre  ce qui est source de son malaise intérieur.

Mariée, elle est confrontée au divorce après 13 années de vie commune parce qu’elle a choisi un mari lui aussi alcoolique, ce qui l’empêche de se réaliser pleinement car elle est encore toujours assujettie à une relation qui la détruit.

C’est à Noel 1991, après un appel téléphonique de sa mère, qu’elle demande au Seigneur d’Être unie à sa famille et pense que quelqu’un devrait faire quelque chose pour les familles d’alcooliques.   Après avoir médité sur Catherine de St-Augustin un pressentiment se dégage clairement, elle se sent appelée à vivre une telle mission. Elle suit donc Jésus au cœur des souffrances des personnes mises sur son chemin. Lyne devient intervenante dans un organisme qu’elle fonde et qui s’appelle le «Centre de l’Écoute»  qui intervient auprès des familles dysfonctionnelles. Dans ce travail, elle veut Être reconnue par Dieu et non par les humains. Ste – Catherine reste donc son roc dans tous ces autres projets.

Aujourd’hui, elle aimerait un refuge qui serait une chapelle d’adoration pour guérir de la maladie de l’Âme. Par l’Écoute  du chant intitulé : «L’enfant prodigue» elle désire nous faire comprendre ce qu’est la maladie de l’Âme.  Cet enfant qui avait le mal de vivre  s’est lancé dans toutes espèces de dépendances, il va jusqu’ à frôler la mort. Un jour, il se lève et décide de retourner vers son père. Il choisit la vie.

Ce père-là, pour Lyne et pour toutes les personnes qu’elle aide, c’est ce Dieu en qui elle met toute sa foi, sa confiance, son espérance.

Elle nous répète que l’amour d’une seule personne pour un alcoolique et avec l’aide de Dieu peut sauver ce blessé de la vie, ce mal-aimé. Jésus vient guérir la personne humaine qui a atteint le bas-fond. Priez et espérez  et il n’est pas question de vous sentir coupable, tout cela ne sert à rien. Dieu présent au cœur de chaque personne accueille et guérit de façon inconditionnelle.

A qui lui demande ce qu’elle pense des jeunes de notre génération, Lyne répond que son cœur est plein d’espérance envers la jeunesse. Avec l’aide de Catherine de St-Augustin qui est femme de discernement, tous les espoirs sont permis.

Suzanne témoigne du cas de sa fille toxicomane et de sa réhabilitation.

Remerciement!

Rachel remercie notre témoin : « Merci à Lyne qui à travers son témoignage nous révèle les miracles du Seigneur en faveur de ses enfants. Merci à Lyne qui a su prendre comme guides le Seigneur et Catherine de St-Augustin et qui, contre vents et marées est une femme d’espérance .Elle nous a fait voir qu’en Lui il n’y a rien de perdu, qu’avec Lui, c’est une renaissance.

Les membres de RSIP présents à ce témoignage sont touchés droit au cœur par les propos et la présence chaleureuse de Lyne.

Simone Arseneault

2010-01-21

Publié dans 2010